Bauhaus : quand l’art entre dans la vie quotidienne

Le bauhaus, un enseignement novateur

Le Bauhaus est une école née en Allemagne au lendemain de la Première Guerre mondiale, lors de la naissance de la République de Weimar. A l’instigation d’Henry van de Velde, peintre, architecte et décorateur belge et de Walter Gropius, architecte et designer allemand, l’école des arts décoratifs et l’académie des beaux-arts de Weimar sont réunies en une seule école qui prend pour nom “Bauhaus”.
En allemand, « Bau » signifie bâtiment, construction et « Haus », maison. Le Bauhaus, c’est donc la « maison de la construction ». Mais c’est surtout une école complètement atypique qui rêve de réformer l’enseignement pour mettre en œuvre des idées novatrices. Continuer la lecture de « Bauhaus : quand l’art entre dans la vie quotidienne »

Serge Mouille, l’orfèvre des luminaires 50′

 Un classique français, Serge Mouille (1922-1988)

Connu principalement pour son travail en tant que designer de luminaires, il a reçu un diplôme de maître orfèvre de l’Ecole des Arts Appliqués de Paris. Serge Mouille a étudié avec le sculpteur Gilbert Lacroix et après l’obtention du diplôme en 1941, est allé travailler dans son studio. En 1945, il devient professeur à l’Ecole d’arts appliqués et ouvre son propre atelier de métallurgie.

C’est sa rencontre avec Jacques Adnet en 1951 qui marquera un tournant dans sa vie. En effet, celui-ci lui demande de concevoir un ‘’grand luminaire’’ pour sa clientèle Sud-Américaine.

Serge se met au travail et créé le Lampadaire trois bras. Il passe ainsi progressivement du statut de maitre-artisan à celui d’artiste créateur et développe la célèbre série des Formes Noires. Le lampadaire trois bras, le lampadaire droit en seront les premiers modèles.

 

A partir de quelques formes simples, Serge Mouille explore de manière systématique les possibilités. Il varie le nombre, la longueur ou la forme des bras, ou encore le système de fixation de ses lampes qu’il met au mur, au plafond ou au sol.

Continuer la lecture de « Serge Mouille, l’orfèvre des luminaires 50′ »

Guariche, fonctionnalisme et esthétisme

Ses créations sont devenues des pièces mythiques

guarichePierre Guariche est un designer né en 1926. Il étudie à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs et obtient son diplôme en 1949. Il travaille ensuite au sein de l’atelier de Marcel Gascoin et présente ses premiers modèles au Salon des Artistes Décorateurs et au Salon des Arts Ménagers.

Guariche veut « produire en série des meubles de bon goût au prix des meubles de mauvais goût » – Patrick Favardin (critique d’art, spécialiste de la décoration des années 50 – 70).

Designer visionnaire, il a su apporter aux meubles une dimension fonctionnaliste sans jamais oublier l’approche esthétique. Il a eu à cœur de répondre aux besoins de son époque en faisant appel à des procédés de fabrication en série. Ses créations sont devenues des pièces mythiques comme la chaise Tonneau (1953), la chaise Tulipe (1956) ou encore le bureau Président (1961).

Les luminaires de Pierre Guariche

Ses luminaires présentent des récurrences dans les formes, les matières et les structures. Les principales caractéristiques : métal perforé, métal tubulaire laqué noir, double abat-jour, système à balancier ou bras articulés.

Le principal éditeur est Disderot. La plupart de ses luminaires ont été créés avant 1954. Après 1959, Pierre Guariche se consacrera à des projets de plus grande ampleur et cessera la création de luminaires. On lui attribue une quarantaine de modèles. Continuer la lecture de « Guariche, fonctionnalisme et esthétisme »