Les lampes « Mantis » de Schottlander

Bernard SchottlanderNé en 1924 à Mainz en Allemagne, Bernard Schottlander arrive en Angleterre en 1939. Ce designer-sculpteur travaille pendant la guerre dans l’ingénierie structurale en tant que soudeur. Il prend alors des cours de sculpture au Leeds College of Art puis à St John’s Wood.
Sa formation de soudeur jouera un rôle considérable dans son œuvre.  Grand admirateur d’Alexander Calder, Schottlander travaille le métal avec comme source d’inspiration le mouvement. Il monte son atelier dans le nord de Londres aidé de son assistant Georges Nash. Toujours à la recherche de nouvelles formes, ils produisent chaque pièce à la main et en séries très limitées.

Luminaires MANTIS de Bernard Schottlander

En 1951, Schottlander crée une série de luminaires du nom de Mantis qui jouent sur la tension entre l’équilibre et le déséquilibre, tels des mobiles semblant défier les lois de la pesanteur. La poésie de l’objet invite au rêve.

SchottlanderLe mouvement est la source d’inspiration de tout le travail de Schottlander. Il met au point un système de pivot-contre poids astucieux et utilise des joncs de métal souples et résistants.

Intemporel au design élancé et très épuré, cette lampe a su traverser les années  pour s’inscrire comme un bel objet à la fois contemporain et … vintage.

A propos des luminaires Mantis, on peut lire, en référence à l’œuvre de Calder :

« L’abat-jour, projeté comme un acrobate en l’air reste unique. En aluminium tourné-repoussé, l’œil du sculpteur le taille en mouvement hélicoïdal. La symétrie tiraille l’asymétrie. Ses luminaires, jouant sur la tension entre l’équilibre et le déséquilibre, et dessinant les secrets du vide et du plein, tels des mobiles, semblent défier les lois de l’apesanteur. La poésie de l’objet invite au rêve ; l’élégance sur un fil…« 

 

Schottlander

Laisser un commentaire